Notre méthode de travail : Le Design Thinking

Le design thinking (La « pensée Design » en français) est un mode d’application des outils et des méthodes issues du design, basé sur des compétences pour résoudre une problématique d’innovation, par une approche multidisciplinaire centrée sur l’humain.

«Think oustide the box !»

Pour avoir des idées neuves et porteuses de valeurs pour développer une société, il faut souvent savoir réfléchir de façon originale, créative, astucieuse. Savoir s’organiser pour faire bien de manière intelligente.

Si d’un point de vue français, le terme de design ferait naturellement référence à la création de bels objets stylisés, d’un sens anglo-saxon, le design ne se limite pas à une affaire de formes, ni d’œuvres de créateur. Steve Jobs, par exemple voyait le sujet différemment : « La plupart des gens font l’erreur de penser que le design, c’est l’apparence (…) Ce n’est pas comme ça que nous définissons le design. Le design, c’est comment ça marche ».

Forthomme Partners tire parti de cette méthode globale et l’intègre complètement dans ses processus de coaching. Le but est tout d’abord d’apprendre à se connaitre soi, son entreprise, avant d’envisager l’avenir. Connaitre sa situation actuelle pour déceler les forces et les failles de son système managérial, innover en trouvant des réponses au fond des problèmes.

Le principe consiste à ouvrir les façons de penser pour évoluer et parvenir efficacement à l’aboutissement d’un produit ou d’un service. Une synthèse continue est réalisée entre l’’approche méthodologique d’un ingénieur, les compétences analytiques du marqueteur et l’intuition et le feeling du créatif, tout en restant centré sur l’innovation.

L’enjeu est de réaliser un travail collaboratif entre les différents acteurs de l’entreprise dans une optique de cohérence de marque. Ce qui suppose une bonne capacité à travailler en équipe, sans contrainte hiérarchique, en s’appliquant à comprendre les problématiques de ses coéquipiers pour y apporter les réponses adéquates. Cette démarche permet de déceler les vrais problèmes pour instaurer une solution mieux adaptée et plus ergonomique.

Le Design thinking propose une méthode focalisée sur les interlocuteurs. Entre autres, elle implique l’inutilité de designer un produit, un service, une expérience si au final il/elle ne concorde pas aux usages et aux attentes de l’utilisateur. Le designer ne se contente pas de dessiner simplement des objets, il imagine de nouvelles façons de vivre pour faciliter la vie de l’homme.

En manageant l’innovation via le design thinking, Forthomme Partners cherche à miser sur une analyse détaillée de la société et de son environnement, mais surtout sur l’individu qui se doit de rester au centre du raisonnement d’innovation.

Cette réflexion sur les attentes de l’entreprise va conduire à des questionnements, des échanges au sein de l’équipe, de toute l’équipe et non pas qu’entre créatifs. En se concentrant uniquement sur l’humain, on se penche avant tout sur leurs besoins réels.

Bien entendu, la pluridisciplinarité d’une équipe apportera beaucoup davantage comme l’émergence d’une plus grande créativité et de meilleures relations inter employés. Une équipe créative et un intervenant externe consciencieux restent primordiaux pour aboutir à une innovation.

Cette méthode s’articule autour de 5 phases :

Etape 1 – Empathie : se mettre à la place de l’utilisateur pour comprendre ses besoins

Etape 2 – Définition : définir le problème à la source

Etape 3 – Idéation : générer plusieurs idées pour solutionner le problème

Etape 4 – Prototype : choisir un (business) model

Etape 5 – Test : lancer le projet

Etape 1 – Empathie : se mettre à la place de l’utilisateur pour comprendre ses besoins

Pour générer des innovations à réelles valeurs ajoutées, nous nous devons de nous mettre à la place des utilisateurs, de les connaitre. Les défis posés par le design passent par un travail de la compréhension des humains, leur contexte et leurs comportements. Cela consiste à comprendre d’un point de vue global puis selon chaque participant comment, pourquoi, dans quel but les individus font des choix, comment ils se situent et se voient dans l’entreprise, leurs évolutions envisageables…

De quelle façon ? En observant, en favorisant les interactions, en écoutant, regardant, bref en étant ouvert !

Etape 2 – Définition : définir le problème à la source

Quelle que soit l’organisation avec qui nous traitons, chacune d’entre elles est confrontée à un(des) problème(s) plus ou moins important(s). En pointant le doigt sur une vision partagée du problème, la meilleure solution apparaitra naturellement. En matière de design, définir a pour but d’apporter de la clarté et de l’attention sur le sujet. En reformulant, développant la base de ce qui a été dit lors de l’étape précédente par le groupe et les participants, cette phase apporte une réflexion aux informations recensées. Nous formulons ensemble une synthèse pour arriver sur une première réflexion sous la forme d’une problématique.

L’objectif est alors de poser le maximum de questions pour déceler la véritable source du problème.

Exemple : Lors d’un groupe de travail, nous réfléchissons à l’élaboration d’un modèle économique innovant:

  1. Notre modèle économique n’est pas assez performant. Pourquoi ?
  2. Parce qu’il engendre une activité instable. Pourquoi ?
  3. Parce que le nombre de clients avec qui nous travaillons ne peut être planifié à l’avance. Pourquoi ?
  4. Parce que nos projets sont réalisés dans une période de temps définie (avec une date de début et de fin). Pourquoi ?
  5. Parce que ce ne sont pas des projets qui permettent d’établir un renouvellement de contrat. Pourquoi ?
  6. Parce que le service que nous proposons engendre des coûts immédiats importants pour nos clients.
  • Nous sommes arrivés à la source du problème : l’activité se concentre uniquement sur des services au cout important pour ses clients

 

Etape 3 – Idéation : générer plusieurs idées pour solutionner le problème

La solution ne consiste pas à trouver une voir LA bonne idée… Mais générer le maximum de possibilités envisageables ! Nous arrivons à la phase du processus de design ou l’on se concentre sur la formulation de propositions, en quelque sorte le cœur même de la pensée design : le brainstorming. Cela représente une étape fondamentale en termes de conceptualisation et de résultats. Cette idéation doit alimenter la modélisation des prototypes des actions destinées à améliorer le modèle économique. En fonction des propositions émises, les résultats prendront des chemins totalement différents.

Il faut exclure tout jugement, mêmes les idées les plus insolites voir loufoques sont les bienvenues, la quantité prend l’avantage sur la qualité. Ce n’est pas le moment de perdre du temps et de l’énergie à imaginer des contraintes ou des probables erreurs, il est trop tôt. L’idée parfaite n’existe pas encore, il faut avant tout continuer à être fort de propositions.

Etape 4 – Prototype : choisir un (business) model

On y arrive : la phase de prototype consiste à enchainer un renouvellement de pistes concrètes afin de réponde aux interrogations qui conduiront au plus proche de la solution finale. L’idée est de présenter des prototypes rapides et « faciles » : la forme n’est pas importante, l’objectif premier est d’obtenir les feedbacks des utilisateurs. Cette phase doit être abordée très vite pour se concentrer sur l’essentiel. Pour résumer, on profite de cette étape pour mettre en page ses idées sous forme d’ébauches : en maquettant, en dessinant, en écrivant, en schématisant, en construisant etc…

Etape 5 – Test : lancer le projet

Le meilleur moyen d’apprendre de votre solution et de vos utilisateurs reste de tester votre projet. A ce moment du processus, le but même du test est d’engendrer prioritairement du feedback via des campagnes de lancement « prototypiques ». Par la suite, ces retours viendront nourrir une prochaine répétition empathique afin d’ouvrir le dialogue avec les usagers concernés. On sort de la pensée design orientée réflexion pour se concentrer sur l’action, le design doing ! A ce moment, les erreurs et les modifications doivent devenir les principales sources d’amélioration, on recadre, redéfini, repriorise… Quitte à tout remettre à plat. Les retours et les avis des utilisateurs sont le moteur d’avancé de votre projet.