Transformation digitale : L’humain avant tout !

 

Perçu comme le véritable enjeu du siècle pour les entreprises, le digital est déjà décrit comme la troisième révolution industrielle ! Il est rare que la société soit en avance sur les entreprises. C’est le cas aujourd’hui : la société est largement plus digitalisée qu’en milieu professionnel. Au regard de la fréquentation croissante des réseaux sociaux, l’utilisation courante de tablettes et mobiles ou encore le réflexe grandissant de se référer au net avant une décision d’achat, tout le monde a globalement intégré ces facteurs numériques dans sa vie de tous les jours… Cependant une fois arrivées en entreprise, ces tendances numériques peinent à s’instaurer.

Lors des vagues d’industrialisation précédentes, des changements économiques ont entrainé des conséquences violentes à court terme (pertes d’emploi, mutation d’activités, tertiairisation…). Si les actifs ne s’y adaptent pas très rapidement, ces changements risquent de devenir encore plus radicaux tant l’évolution du digital est rapide, tant les nouveautés se multiplient davantage chaque semaine.

La transformation digitale au sens large du terme désigne l’ensemble des impacts technologiques sur la société, les organisations et les individus. Dans le cadre de l’entreprise, cette notion est surtout concentrée sur les changements internes de l’organisation grâce (ou à cause) aux technologies numériques.

Le grand défi n’est pas de savoir si toutes les entreprises doivent se digitaliser mais si elles en sont réellement suffisamment préparées et assez matures pour passer le cap. Plus qu’un simple sujet technique ou informatique, au-delà d’un effet de mode, la numérisation engage une réelle transformation sociétale qui redéfinit le champ du possible ! Perçu comme mot d’ordre central de l’entreprise de demain, elle doit (et nous insistons sur le « dois ») être le challenge majeur, bien au-delà des services RH, de l’ensemble de l’organisation.

Au service de l’humain

Cette révolution numérique engage les entreprises à se transformer pour rester compétitives.

3 axes majeurs sont clairement à prendre en compte :

  • Les technologies
  • Les processus
  • Les hommes

Ce dernier point est probablement la clé centrale de toute la réflexion future : les salariés sont les principaux acteurs de ce processus de digitalisation. Il est primordial que les entreprises leur fournissent tous les outils nécessaires afin d’aborder d’une manière moderne la façon dont ils exercent leur métier, voir leur adaptation vers un nouveau métier émergeant.

Comme toute évolution interne, une transformation digitale mal préparée se solderait par un échec si le facteur humain est mis à l’écart. L’accès à diverses technologies doit être amené comme une véritable plus-value au risque de se résumer qu’à une simple accumulation de gadgets mis à la disposition de ses utilisateurs.

La transformation digitale n’a de digital que son nom. La technologie disponible doit rester avant tout au service de l’humain et non l’inverse. Elle est en partie rendue nécessaire par le numérique mais son adaptation repose sur les Hommes, leur modèle managérial et organisationnel, leur stratégie, leur vision du futur, sans quoi rien ne serait possible. C’est avant tout un changement de mentalités qui ne pourra réussir qu’en étant mené par les individus pour les individus, de manière à réorganiser et reconstruire le travail en fonction du cadre dans lequel ils évoluent.

Quand bien même une entreprise ayant un budget IT illimité ne fait rien pour s’adapter à ce nouveau contexte, elle continuera à fonctionner comme elle l’a toujours fait sans réellement évoluer.

Accompagné par le top management

Il est vital d’impliquer dans ce processus l’ensemble du personnel de l’organisation et plus particulièrement le top management. Cette transformation numérique relève de la stratégie générale de l’entreprise : sa place vis-à-vis de son environnement, le rapport aux clients, la structure même de l’entreprise… autant de facteurs qui en sont collectivement impactés.

Cette nécessité doit passer par une réelle prise de conscience des comités exécutifs français. C’est au président, au directeur général de pousser tous les dirigeants (opérationnels et fonctionnels) puis chaque collaborateur à participer à ces travaux en communicant clairement et en toute transparence l’intérêt de passer par ces nouveaux types de systèmes. En rassurant, en fixant un cap à atteindre, en définissant les enjeux et les utilités de ces projets, chacun se sentira davantage concerné par ces changements.

Trop souvent remis entre les mains d’un seul département (au RH, marketing, ou à l’innovation notamment) ou à certains chargés de projet (tels que des Chief Digital Officier), le virage numérique n’est pas qu’une option tactique mais bien un impératif stratégique. En étant compris et accepté par tous, les administrateurs deviennent alors le moteur de sa réussite.

Nous n’avons pas la prétention de couvrir le vaste sujet de la transformation digitale en un seul article. En revanche, nous espérons que ces quelques paragraphes vous auront éclairés sur le fond du problème et les véritables intérêts de cette transition numérique.

A l’heure où il est vital de trouver, fidéliser, encourager et faire participer les talents, aborder cette habileté digitale devient un réflexe crucial sur lequel Forthomme Partners se concentre pour vous apporter les outils et les méthodes afin de vous accompagner jusqu’à la concrétisation de vos objectifs.